Quelques témoignages des anciens

Lola :
 

Actuellement en première année de master à Sciences Po Paris, je prends aujourd’hui la mesure de ce que la licence Humanités m’a apporté. À plusieurs niveaux. D’une part, je ne doute pas que si je suis parvenue à intégrer Sciences Po, c’est en grande partie grâce aux enseignements dispensés en licence. S’il m’ont permis d’acquérir une culture générale solide, ils m’ont surtout appris à réfléchir, à me remettre en question dans mon travail, en somme à avoir de la curiosité intellectuelle.

Lorsque j’ai intégré cette licence, j’ai très vite aimé cette formation mais je n’avais pas pris la mesure de la qualité des enseignements, n’ayant pas encore le recul nécessaire pour faire ce constat. Certains cours m’ont paru laborieux quand j’étais étudiante à Nanterre. Il y avait une lourde charge de travail et les sujets abordés n’étaient pas séduisants de prime abord. Mais aujourd’hui je comprends qu’ils sont le fondement de toute construction intellectuelle approfondie et, rétrospectivement, je suis ravie de les avoir suivis.

Je me plais beaucoup à Sciences Po mais je pense que j’aurais toujours le sentiment d’avoir été élevée – au sens de grandie – par la licence Humanités. C’est grâce à cette formation que je m’emploie toujours à ne pas céder à un point de vue artificiel. Ces enseignements m’ont donné des clefs de lecture du monde que j’espère ne jamais délaisser.
J’ai parlé avec des élèves de classes préparatoires, ils avaient ce même sentiment de gratitude envers leurs établissements. Néanmoins, je suis heureuse de ne pas avoir été en prépa et d’avoir pourtant une formation comparable à celle offerte dans ces établissements. J’aurais souffert de faire une classe prépa mais j’aurais encore plus souffert de ne pas apprendre tout ce que la licence m’a enseigné. Merci donc de proposer ce compromis.

Sophie D. :
La licence Humanités permet d'ouvrir le champ des possibles. Il ne faut pas se cantonner aux enseignements, qui cherchent plus à nous ouvrir l'esprit qu'à nous apprendre quelque chose. Nous développons une méthode de travail pertinente, peu importe le secteur d'activité que nous visons. Une approche globale mais spécialiste, qui permet d'évoluer et de comprendre les tenants et les aboutissants des projets que nous entreprenons. C'est en créant des ponts entre les disciplines, en s'intéressant à elles et à leurs ramifications que l'on évolue pendant cette licence. Il faut donc prendre du recul sur les enseignements, prendre ce que nous avons besoin de prendre et aller au-delà. La licence Humanités permet de développer notre esprit critique, notre analyse, notre capacité à être maître de notre destin. Deux ans après, je me rends réellement compte de la qualité de cette licence, ce qui aujourd'hui se ressent dans mes résultats de master. Dans mon mémoire de master 1 qui traite du management, j'ai utilisé la sociologie, la littérature, l'histoire... Les humanités sont donc intrinsèques aux autres disciplines, complémentaires et indispensables pour les comprendre.
 
Antoine P. :
J'ai apprécié tous les aspects de cette licence Humanités. Je l'ai quittée prématurément certes, mais elle m'a beaucoup apporté, tant sur le plan professionnel que personnel. J'aimais beaucoup le côté pluridisciplinaire ainsi que l'exigence de cette formation. Les professeurs étaient passionnés et passionnants. Aujourd'hui je dois beaucoup à cette licence. Moi qui suis devenu développeur web et chef de projet e-marketing, mon profil intrigue nombre de recruteurs et cela joue largement en ma faveur. Rares sont les développeurs informatique avec un tel parcours littéraire et philosophique.
 
Alice M. :
Bien que, le plus souvent, les gens à qui vous parlerez de la licence Humanités comprendront que vous faites des études d'humanitaire, soyez fiers de votre licence ! Celle-ci vous fournit un bagage complet pour briller en société, mais plus important encore, au quotidien dans les études. Bien que peu de professeurs des autres UFR connaissent notre licence, vous serez tout particulièrement appréciés par ces derniers car l'étudiant en Humanités se fait remarquer par sa culture générale, mais aussi par sa façon de rédiger qui, avec un peu de chance, en enchantera plus d'un parmi ceux qui croiseront votre chemin.
 

Mis à jour le 13 mai 2018